BPCO : des solutions non médicamenteuses

En complément de la prise de médicaments des solutions non médicamenteuses peuvent être appliquées pour traiter la BPCO et en diminuer les symptômes. De la réhabilitation respiratoire au changement de certaines habitudes, en voici quelques-unes.

Arrêt du tabac

Le tabac figure au premier rang des facteurs de risque pour la BPCO, en effet, dans 80 % des cas, le tabagisme est la principale cause de la BPCO3. L’arrêt du tabac est donc prioritaire dans le traitement1. Cet arrêt est le principal facteur susceptible de diminuer l’essoufflement d’une personne atteinte de BPCO1. Votre médecin devra donc évaluer votre dépendance et vous guider dans le sevrage.

Réhabilitation respiratoire

La réhabilitation (ou réadaptation) respiratoire (RR) est une des composantes principales du traitement non médicamenteux des personnes atteintes de BPCO. Toutes les personnes pour qui elle serait indiquée n’y ont pas accès et les ressources sur le territoire sont hétérogènes2. Elle a pour effet d’améliorer la tolérance à l’effort et de diminuer l’essoufflement. Elle réduit le nombre d’hospitalisations pour exacerbation et améliore la qualité de vie2.

Un programme multidisciplinaire pour diminuer les symptômes

La réhabilitation est un traitement à part entière. Il est recommandé de la commencer par un programme d’au moins 12 séances (habituellement 20) sur une période de 6 à 12 semaines2. Elle intègre un réentrainement à l’effort, de la musculation, de la gymnastique médicale et de l’éducation thérapeutique.

Pour préserver les bénéfices de la réhabilitation il est conseillé de pratiquer une activité physique 3 à 5 fois par semaine pendant 30 à 45 minutes2.

Diminuer l’exposition aux facteurs aggravants (polluants etc.)

La pollution et les infections respiratoires peuvent aggraver les symptômes. Il faut donc éviter d’entrer en contact avec des personnes atteintes d’une infection respiratoire comme un rhume ou une grippe5 et penser à se laver les mains en cas de contact avec ces personnes. Il est aussi important de se faire vacciner contre la grippe tous les automnes et de se renseigner auprès d’un médecin pour la vaccination contre la pneumonie à pneumocoques (vaccin antipneumococcique)4. Aérer son domicile chaque jour est indispensable pour éviter l’exposition aux polluants intérieurs6. Enfin si un pic de pollution est annoncé et que les valeurs d’ozone sont élevées, il est recommandé de rester chez soi le plus possible et surtout de ne pratiquer aucune activité physique4.

Éducation thérapeutique1

L’éducation thérapeutique est un enjeu clé dans la prise en charge de la BPCO. Elle s’inscrit dans votre parcours de soins. Elle a pour objectif de le rendre plus autonome en facilitant l’adhésion aux traitements prescrits et en améliorant sa qualité de vie. Elle peut être proposée dès l’annonce du diagnostic ou à tout autre moment de l’évolution votre maladie en fonction de vos besoins éducatifs du patient et de votre acceptation.

L’éducation thérapeutique vise à vous faire acquérir des compétences vous permettant de gérer votre maladie, de réaliser vous-même les gestes liés aux soins, de prévenir les complications évitables et de s’adapter à votre situation.